L’origine des filets de camouflage

filet-camouflageLe 12 février 1915 est une date significative pour l’armée française et pour toute l’histoire du camouflage militaire. C’est la date reconnue comme étant la date de première utilisation du camouflage moderne.

Définition

Étant un système qui a aidé à sauver des vies et à gagner des guerres durant un siècle, le filet de camouflage fut parmi le premier à être inventé dans l’armée moderne. C’est une toile spéciale destinée à rendre les campements, les véhicules militaires et les pièces d’artillerie moins visibles à l’ennemi. Il peut prendre l’apparence d’un tas de feuilles mortes ou de plantes grimpantes. Sa couleur varie en fonction du lieu d’utilisation : camouflage sable du désert, flecktarn, wood ou encore camouflage numérique. Ce dernier est doté de motif en forme d’image satellite (cf notre guide sur les différents camouflages militaires).

Le filet ou toile de camouflage est un tissu spécial en toile, en maille ou filet de longueurs variées qui sert à couvrir des matériels et des hommes pour les rendre moins visibles au regard de l’homme, d’un animal ou d’un appareil de détection.

Dans le domaine militaire, le filet de camouflage sert à dissimuler aux ennemis la présence des véhicules de combat, des pièces d’artillerie, d’une petite unité de combat ou d’une structure artificielle comme une tranchée ou une guérite.

filet-camouflage-desert-militaire

Histoire du filet de camouflage

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, c’est un groupe de peintres (tableau, peinture sur toile) qui a conçu pour la première fois le camouflage moderne pour les militaires durant la Première Guerre Mondiale. Lucien-Victor Guirand de Scevola et ses deux amis Louis Guingot et Eugène Corbin ont perfectionné les toiles teintées de motifs bariolés pour dissimuler des matériels dans la nature environnante. Leur stratagème a donné un résultat positif contre les soldats allemands. Naît alors le développement de la technique de camouflage.

Bien avant le premier conflit mondial, le camouflage bien que nécessaire ne constitue pas un enjeu majeur dans une bataille. À l’époque médiévale, les armées des protagonistes à pied ou à cheval se font face à face pour combattre ensuite en corps à corps. Puis vient l’époque où chaque armée porte des uniformes colorés comme celui de la Guerre de Sécession où les nordistes sont surnommés les tuniques bleues et les sudistes les tuniques rouges. Durant ces périodes, la victoire s’acquiert par le nombre d’assaillants et par la maîtrise des armes de corps à corps.

C’est à partir du 12 février 1915 que la conception de matériel de camouflage se fait en atelier de fabrication. Guirand de Scevola devient directeur de l’atelier de Toul. Le caméléon, connu pour son mimétisme, fut pris comme emblème de l’unité qui regroupe des artistes mobilisés pendant la guerre. La renommée du camouflage toulois arrive jusqu’au Président Pointcarré et reçoit l’aval du commandement militaire. En 1916, les camoufleurs sont intégrés par le maréchal Joffre dans le 1er régiment de génie sous le commandement Guirand de Scevola. Ainsi, le filet de camouflage est né des toiles qui servaient à couvrir les canons qui brillaient au soleil. Son développement est par la suite devenu vital quand les avions de combat entrent en scène dans les conflits armés.

filet-camouflage-militaire

L’avenir du filet de camouflage militaire

À cause de l’évolution de systèmes de détection tel que le radar, la détection par infrarouge, l’imagerie satellite, le filet de camouflage a évolué pour ne pas devenir obsolète. Il existe actuellement des modèles qui embarquent un système qui occulte le rayonnement thermique d’un objet pour le rendre invisible à la détection par infrarouge.

Une exploitation dans d’autres domaines

D’un autre côté, les filets de camouflage standard demeurent un matériel intéressant pour des activités ludiques comme la photographie, la chasse ou le reportage vidéo dans la nature. L’existence d’autres couleurs comme le blanc, spécial neige, ou le noir permettent de varier leur utilisation.

Les ornithologues peuvent par exemple observer et prendre les photos des oiseaux dans leur habitat naturel en se camouflant derrière un filet installé sur la canopée. Pour les chasseurs, le filet de camouflage permet de rester à l’affût pour attendre le passage des animaux.

En guise de décoration, le filet de camouflage peut servir de toit ou de brise-vue pour un patio. C’est aussi un élément de décor qui cadre parfaitement dans un jardin botanique, pour protéger certaines espèces plus fragiles comme les orchidées plantées dans une jardinière, par exemple. Le filet de camouflage peut aussi remplacer la tente pour camper pendant la saison chaude et sèche.

Ce contenu a été publié dans Accessoires militaires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’origine des filets de camouflage

  1. Bonjour,

    Je suis surpris que les Sudistes soient nommés « Tuniques Rouges », à ma connaissance c’étaient les soldats Anglais pendant la guerre d’indépendance Américaine que l’on nommaient ainsi (voire Homards Rouges dû à la couleur écarlate de leur uniforme), puis la police montée Canadienne que l’on nomme toujours ainsi ,pour la même raison.
    L’uniforme sudiste était gris, et ils étaient parfois nommés « souris » par les « ventres bleus » du nord…

    Cordialement,
    WTES

  2. Gonzalez dit :

    Bonjour Max,
    Je suis un passionné de la première guerre mondiale. Entre-autre, je participe à la sauvegarde d’un Fort (Séré de Rivières) de ma région….
    1914/18 a été le « b-a, ba » du camouflage comme vous venez de le raconter.
    Si un jour vous avez le temps, je vous conseil de lire l’ouvrage suivant: « TROMPER L’ennemi » l’invention du camouflage moderne en 1914-1918 de Cécile COUTIN.
    (une pure merveille).
    Cordialement.
    Francis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *